221886165_210119827601198_4955415033159857959_n (1).jpg

CHIANTI - 2021

Marilou Lyonnais A. travaillant la matière web depuis plusieurs années propose une résidence de recherche en vidéo-mapping qui questionne la relation entre le web et la nature. L'artiste exploite lors d'une résidence à La Macina Di San Cresci (Chianti, Italie) une série d'images fixes et en mouvement qui évoquent l’impact de l’intervention numérique sur la biodiversité végétale. Lyonnais pourvu de son mini projecteur, de son ordinateur et de son appareil photo, erre la nuit sous le ciel toscan à la recherche de bribes de paysages naturels ( rocher, colline, végétaux, étang, cimes d'arbres ). Ces paysages devienne la toile sur laquelle l'artiste s'amuse à projeter des captures d'écran issu du web. 

 

Voici des thèmes et des pistes de recherches qui ont été explorés dans cette série d'images fixes et en mouvement ; - L'interrelation entre le virtuel et l'écologie – Le rôle que joue la technologie sur le règne végétal - L'impact de l'écran sur les écosystèmes – L’adaptation des végétaux face au numérique - L’interface et sa photosynthèse - Les nouveaux paysages immatériels - La nature en ligne - L'hyper biodiversité. 

 

Lyonnais tente de cerner les limites et les potentiels points de fusion entre ces deux univers, l'univers numérique et l'univers organique. Par cette superposition entre matière virtuelle et matière biotope, l'artiste commente les failles écologiques de notre condition numérique actuelle, sonde le rapport de forces entre nature et machine.

 

L'artiste disloque des images web aux formes de la nature et créer ainsi une glitch inversé, un glitch naturel résultant non pas d'une défaillance numérique, mais bien d’une composition environnementale. Les interconnexions entre machine et botanique comme une introspection individuelle et collective, face à l’organisation du vivant et à nos relations avec la biosphère.